:::: MENU ::::

Passionné par les « gens » et curieux de ce qui m’entoure, je vous propose de découvrir en galeries de portraits, la région et ses habitants.

Les chemins de l’Ecole – Digue Gaston Berthe à Calais, jusqu’au 14 septembre.

J'ai testé pour vous

Les chemins de l’Ecole – Digue Gaston Berthe à Calais, jusqu’au 14 septembre.

vue1

Voilà une exposition qui fait réfléchir. A Calais, juste derrière les cabines de plage, sur la digue Gaston Berthe, une série de photographies « grand format » expose le quotidien d’enfants aux quatre coins de la planète, vivant dans des zones reculées ou à risque, et montre plus particulièrement leur incroyable force de caractère pour se rendre à l’école. L’exposition, menée par l’agence SIPA Press et soutenue par l’Unesco et Transdev, a déjà fait un long voyage avant de rejoindre la côte d’Opale. New-York, Paris puis de nombreuses villes françaises l’ont accueillie dans l’espoir de montrer que l’accès à l’éducation reste malheureusement une bataille quotidienne pour des millions d’enfants à travers le monde.

Dix-huit photographes sont ainsi partis sur les cinq continents pour suivre le quotidien de ces enfants. On reste pantois devant l’abnégation et l’ingéniosité de Thi Ha, un professeur thailandais qui va chercher les enfants dans un bus fabriqué avec les moyens du bord, un rickshaw. On s’effraie devant les risques pris par deux petites mexicaines qui doivent traverser la forêt de la région de Barranca del Cobre et éviter les barbelés pour s’asseoir derrière leur bureau d’écolières. Quatre heures de trajet par jour dans des chemins poussiéreux… Le temps passé sur les routes laisse bien souvent perplexe. A Fukushima par exemple, les enfants du quartier Est mettent 1h30 alors qu’ils mettaient 25 minutes avant la catastrophe. Que dire de la petite Amal en Libye qui traverse des zones de conflit et dont les parents prient sans doute chaque jour pour que leur fille ne saute pas sur une mine non explosée…

zoom

A Casablanca, deux jumelles de 11 ans peuvent se rendre, quant à elles, à l’école grâce à leur travail… Le soir, elles effectuent des travaux de couture pour payer une partie de leur scolarité. Les exemples se multiplient et on ne peut s’empêcher de regarder nos chères têtes blondes. Quelle chance nous avons…

vue3

 

Leave a comment